Vous êtes ici : Accueil > BIG > Investissements d'avenir

Investissements d'avenir

Publié le 13 janvier 2016



Notre institut se trouve fortement impliqué dans les Laboratoires d’Excellence GRAL et ARCANE qui ont représenté des actions très structurantes pour le site grenoblois.


Le LaBex GRAL (Grenoble Alliance pour la biologie structurale et cellulaire intégrées) rassemble trois structures dont les expertises sont complémentaires : l’IBS, l’UVHCI et notre institut. Au total, le périmètre de GRAL est de 660 personnes, dont plus de 400 statutaires, pour un budget global d’environ 42  M€.

L'un des défis majeurs des sciences de la vie est de comprendre les mécanismes moléculaires sous-jacents aux fonctions biologiques dans leur contexte cellulaire spécifique. Une telle stratégie est essentielle pour faire avancer la compréhension du vivant, mais aussi pour faire progresser la recherche biomédicale, développer les biotechnologies et contribuer aux progrès de la santé publique, au bénéfice de l'environnement et de l'économie. Le projet construira une politique ambitieuse de recherche et d'innovation, de valorisation et de formation à l'interface entre biologie cellulaire et structurale, autour de deux axes de recherche principaux : l'étude des interactions virus/bactérie et du métabolisme cellulaire.
GRAL développera les interfaces entre biologie, physique, chimie, informatique et mathématiques. Un projet pilote sera notamment structuré autour de deux axes : l'étude des interactions hôte-pathogène (virus/bactéries), et la compartimentation du métabolisme cellulaire (chloroplaste). Les données complexes produites sur ces systèmes biologiques grâce à des outils de biologie à haut débit, de biologie structurale et cellulaire, seront analysées et exploitées en mettant en œuvre des approches de modélisation. L'objectif visé est de surmonter de nombreux verrous technologiques pour faire converger biologie cellulaire et structurale, et développer ainsi de nouveaux concepts.

Pour notre institut, GRAL s’est traduit par le soutien au développement des plateformes ainsi qu’aux deux projets scientifiques pilotes : l’un dans le domaine de l’infectiologie, l’autre de l’étude de la dynamique du chloroplaste. Plusieurs actions lancées par GRAL depuis sa création ont eu pour objet d’initier de nouvelles collaborations entre les trois instituts qui le composent grâce à des financements incitatifs. Une réflexion stratégique partagée entre IBS, UVHCI et IBS se trouve ainsi consolidée.


Le LaBex ARCANE « Grenoble, une chimie biomotivée » développe l’interface chimie/biologie sur l’agglomération grenobloise en mettant en synergie les moyens des équipes du Campus de Saint Martin-d’Hères (CERMAV, DPM et DCM) et du campus GIANT (BIG, INaC, DTBS), soit plus de 450 personnes. Deux axes de recherche sont privilégiés : la chimie bio-inspirée (catalyse, chimie durable, biocatalyseur) et la chimie bio-motivée (ingénierie biomoléculaire, vectorisation, thérapie). Le laboratoire Chimie et Biologie des Métaux de notre institut participe activement au pilotage et à la politique scientifique du LabEx ARCANE, avec la présence du directeur au conseil d’administration et de deux chercheurs permanents du laboratoire au comité scientifique. Les financements apportés par ce LaBex sont très largement consacrés au recrutement de doctorants et post-doctorants (4 post-doctorants et 1 doctorant pour notre institut) ; les projets portés par ceux-ci ont pour objectif de dynamiser les collaborations entre les différents laboratoires partenaires. ARCANE interagit avec le LabEx LANEF qui soutient à Grenoble une recherche fondamentale dans le domaine des nanosciences et des nouveaux matériaux.


A ces deux LaBex s’ajoute l’implication active de notre institut dans un troisième, le LaBex SERENADE (Safer Ecodesign Research and Education applied to NAnomaterial Development), dans l’Institut des Métaux en Biologie de Grenoble (IMBG ; 150 personnes issues d'une vingtaine de laboratoires ou équipes du site grenoblois), et le GIRC (Grenoble Institut de Recherche sur le Cancer) qui coordonne les activités de recherche sur le Cancer de l'IAB (Institut Albert Bonniot), de notre institut, de l’IBS, du GIN (Grenoble Institut des Neurosciences) et des autres partenaires locaux (CHU, Département de Chimie de l’UJF).
SERENADE comprend deux volets (recherche et formation) autour de la thématique des nanomatériaux. Les principaux objectifs du programme de recherche, sont les suivants :
- développer des produits contenant des nanomatériaux ou des matériaux nanostructurés prenant mieux en compte les risques (exposition et danger) tout au long du cycle de vie,
- sélectionner les tests permettant à une société de conceptualiser le design en optimisant les paramètres nécessaires à la mise sur le marché,
- développer des procédés innovants concernant la fin de vie : recyclage, traitement des effluents et des eaux de surface.


Le décryptage des grands mécanismes cellulaires passe par la caractérisation des acteurs moléculaires impliqués dans ces mécanismes, en particulier les protéines. Le projet porté par l’infrastructure nationale de Protéomique (ProFI) s’inscrit dans ce contexte ; ce projet a en effet pour but de coordonner les travaux des trois principales plates-formes protéomiques françaises, dont celle du Laboratoire BGE de notre instutut​ (http://www.edyp.fr), afin de créer une structure qui puisse à terme se comparer aux plus grands centres européens du domaine.
ProFI a reçu une subvention de 15 millions d’euros dans le cadre des investissements d’avenir. Cette subvention finance un programme R&D ambitieux. ProFI a notamment mis l’accent sur le développement d’outils logiciels parfaitement maîtrisés. Les développements réalisés permettent à ProFI de proposer un service expert dans le domaine de la Protéomique aux communautés académique et industrielle françaises dans le cadre de collaborations ou de prestations.
Plusieurs grands secteurs de l’innovation sont impactés par les travaux de ProFI : (i) Le secteur pharmaceutique, du fait d’innovations dans la recherche de nouveaux biomarqueurs protéiques de pathologies (diagnostic, pronostic, biomarqueur compagnon) et dans le développement de nouveaux médicaments (caractérisation fine de protéines thérapeutiques et de l’évaluation de la pureté de vaccins) ; (ii) Le secteur agroalimentaire pour permettre de se tourner vers une production à haute valeur économique et environnementale ; (iii) Le secteur de la bio production grâce à une offre technologique en Protéomique qui participe à une meilleure compréhension des systèmes biologiques utilisés.